fbpx

[ETRANGER] Lonni nous raconte son séjour à Malmö !

Tu es étudiant ?

Bonjour Lonni ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Lonni, j’ai 30 ans et je suis chargé de communication chez Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes. Je suis PACSé et j’ai un enfant de 14 mois.

Dans quel pays es-tu parti(e) ? Pourquoi avoir choisi ce pays ?

J’ai passé mon Master 1 à Malmö (Suède) en 2010/2011. J’ai d’abord choisi ce pays pour la qualité de l’enseignement de l’université partenaire (Erasmus via l’Université Lumière Lyon II). Les cours proposés étaient vraiment géniaux et, surtout, il m’aurait été impossible de pouvoir les suivre gratuitement en France : Game Design, Fashion & Technology, Dessin, Photographie, PAO…
J’ai aussi choisi Malmö car j’ai toujours été attiré par les pays scandinaves, leur culture, leur façon de vivre.
L’aspect écologique a également beaucoup joué dans ce choix.

Dans quel cadre étais-tu là-bas (stage, semestre, job) ? Pendant combien de temps ?

J’ai effectué un Master Degree de Art, Culture et Communication pendant un an.

Où étais-tu logé ? Comment as-tu trouvé ce logement ?

Quelle histoire !
C’est seulement 3 jours avant mon départ que j’ai réussi à trouver un logement à Malmö !
J’ai choisi de vivre chez l’habitant pour réellement m’imprégner de la culture suédoise et je dois dire que cela a bien fonctionné. J’ai vécu un an chez Birgitta qui a été adorable. J’ai pu vivre toutes les fêtes nordiques avec eux, apprendre sur leur culture, leurs traditions.
C’est moi => https://www.sydsvenskan.se/2011-06-29/huset-oppet-for-studerande-man
Je voulais aussi éviter le piège classique du français à l’étranger : trouver des français, sympathiser avec des français, boire l’apéro avec des français, boire l’apéro avec des français, boire l’apéro avec des français, sortir avec des français…
Cela ne m’empêchait pas de me faire des amis (et même des français !) lors de soirées organisées dans les différentes résidences étudiantes de la ville.

Tu as fait de belles rencontres ?

Ce n’est vraiment pas une légende : les suédois sont froids.
Mais lorsque vous arrivez à briser la glace (sans mauvais jeu de mots), ils deviennent de véritables amis sur qui ont peut compter. La sincérité et la franchise de leur amitié est quelque chose qui m’a beaucoup inspiré.
Je retourne au moins une fois par an en Suède ou au Danemark (j’ai pas mal d’amis danois aussi) et c’est toujours une joie de les revoir.

Qu’est-ce que tu as préféré durant ton voyage ?

Sans hésiter : l’état d’esprit scandinave !
Bien qu’étant dans une ville très cosmopolite (30% de ses habitants sont nés à l’étranger), Malmö reste néanmoins suédoise.
Je ne veux pas tomber dans le cliché mais :
_ NON on ne traverse pas lorsque le feu piéton est rouge et ça même s’il est 2:30 du matin !
_ NON, on ne jette pas ses déchets par terre car OUI on nous le ferait remarquer sans hésiter !
_ OUI, chacun est libre de s’habiller comme il veut (en hiver, je peux vous dire que cet exemple n’est pas parlant), chacun est libre de pratiquer la religion qu’il veut. Ce n’est même pas un sujet de discussion !

Quels ont été les principaux obstacles rencontrés, s’il y en a ?

Je dois bien avouer que le climat hivernal m’a vraiment surpris… Même si Malmö est l’une des villes les plus septentrionales de Suède, l’hiver y est rude. Et davantage que du froid, c’est surtout du manque de lumière dont j’ai souffert. Le soleil se couchant à 15:30/16:00, les fins de journées devenaient rapidement tristes. Heureusement que les suédois étaient là pour réchauffer les cœurs !

A quoi ressemblait une journée type là-bas ?

Le réveil se faisait plus tôt qu’en France. Les suédois suivent le rythme du soleil (fermeture des commerces à 19:00), voilà pourquoi il n’est pas étonnant de voir énormément de monde dans les rues à 6:00 du matin.

J’étais réveillé vers 6:00 puis je me préparais pour être à l’université à 7:30-8:00. Après mon premier cours (bloc de 3 heures), j’avais souvent du temps libre pour réviser, travailler sur les projets ou juste me reposer. La plupart du temps, j’avais un cours le matin et un cours l’après-midi.

Sur une même journée, mes cours étaient très éloignés les uns des autres. Je pouvais commencer les cours à 8:00 puis attendre jusqu’à 16:00 pour avoir mon deuxième cours ! Du coup, j’ai passé énormément de temps à l’université. Elle était composée de plusieurs bâtiment et dans un esprit « start-up ». Il était donc facile d’y passer une journée complète : salles de repos, jeux, terrains de sport, salle multimédia…
Quand la météo le permettait, j’en profitais aussi pour visiter la ville et ses alentours à vélo ou pour discuter avec les professeurs et intervenants qui sont très accessibles et à l’écoute.

Qu’est-ce que ce voyage t’a apporté ?

Cette année en Suède m’a apporté une grande ouverture d’esprit.
Rencontrer des jeunes (et moins jeunes !) de toute la planète, s’imprégner d’une culture différente de la mienne, découvrir de nouvelles méthodes d’enseignement…tout cela m’a donné un regard neuf sur la vie et les gens.
J’ai aussi pu grandir en tant qu’individu car c’était la première fois que je quittais le cocon familial.

Tu retiendras quoi de ce pays ? Tu le recommandes pour une expérience de ce type ?

Je retiendrais avant tout les gens que j’ai rencontré. Je suis toujours en contact avec la plupart de ces personnes et je dois dire que c’est une chance incroyable. Nous avons tous pris des chemins différents après cette année Erasmus et c’est très enrichissant de pouvoir suivre le parcours de chacun à distance, de se donner des nouvelles, des conseils professionnels, des astuces de voyage…

Qu’est-ce que tu dirais à un étudiant qui hésite à partir ?

Je lui dirait qu’il ne faut pas hésiter !
Je dis tout le temps que j’ai eu une chance inouïe de pouvoir vivre cette expérience. Un étudiant est quand même beaucoup suivi lorsqu’il part. Il peut bénéficier de nombreuses aides logistiques, opérationnelles et financières pour préparer son voyage.
L’argument que je donne souvent est : « Comment partir 6 mois ou 1 an à l’étranger alors qu’on a un job, des enfants, des crédits…? Fais-le maintenant ! »

Il y a une anecdote rigolote que tu aimerais partager avec nous ?

J’ai eu la chance de vivre en Suède l’année du Championnat du Monde de Handball.
J’ai réussi à suivre le parcours de l’équipe de France jusqu’au sacre car la plupart de leurs matchs étaient joués dans la région où je vivais. Il y avait si peu de supporters français (surtout pour les matchs du premier tour) que j’ai vite été identifié par les joueurs au fil des rencontres. Ils m’ont convié à leurs fêtes d’après-matchs, aux repas etc… C’était vraiment sympa de pouvoir partager ces moment de l’intérieur !

On dit souvent qu’un séjour à l’étranger déclenche le syndrome « Erasmus » : un syndrome qui donne envie de voyager à nouveau. Tu confirmes ?

Effectivement, j’ai réellement compris le sens des voyages grâce à cette année à l’étranger.
Rencontrer les locaux, échanger avec eux, prendre son temps…tant de choses qu’on oublie bien souvent en voyage mais qui donnent une saveur particulière à ces moments de vie.

Si des étudiants souhaitent échanger avec toi et te poser des questions, où peuvent-ils te joindre ?

LinkedIn : Lonni BOUCHEK
Mail : contact.lonni@gmail.com

 


 

Tu hésites encore à partir ? Va vite lire notre article « 5 bonnes raisons de faire un stage ou tes études à l’étranger » !

Toi aussi tu veux témoigner sur ton expérience à l’étranger ? Remplis ce questionnaire !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Encore plus de lecture

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.

X