Le portrait d’Élie, étudiant et Président du BDE à Financia Business School Paris

Portrait Élie

Partager cet article

Hello Élie ! Pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Hello ! Je suis en première année d’alternance, en MBA Finance d’entreprise, fusion-acquisition et banque d’affaires à Financia Business School Paris.

Il faut savoir qu’à Financia Business School, les formations se font quasi exclusivement en alternance. J’ai réalisé ma première année de Bachelor en alternance à la BNP Paribas. J’occupais le poste d’auditeur de sûreté, c’est-à-dire que j’allais auditer des garanties mises en place par le chargé d’affaires*. C’est un poste en support du front office. C’était un poste en middle, je vérifiais que tout s’était bien passé dans les processus. 

*En banque, le chargé d’affaires est responsable de la gestion des relations commerciales et des projets. Ses tâches comprennent la prospection de nouveaux clients, la négociation de contrats, le suivi des projets, la gestion de la relation client, la préparation d’offres commerciales, l’analyse des performances et la veille concurrentielle. Il travaille en collaboration avec les équipes internes pour assurer la satisfaction des clients et la réussite des projets. 

J’ai exprimé à la BNP mon choix de continuer en master et mon intérêt pour la banque. L’année d’après, ils m’ont proposé un nouveau poste, toujours avec les chargés d’affaires, celui d’adjoint au chargé d’affaires. Cela consistait à assister le chargé d’affaires sur la plupart des opérations courantes et sur des opérations un peu plus complexes (crédit à court terme, crédit à moyen long terme). 

Qu’est-ce qui t’a motivé à poursuivre en Master à l’école Financia BS ? Et pourquoi Financia ? 

J’avais déjà un pied dedans grâce au Bachelor. Il faut le préciser, la qualité principale de l’école Financia Business School, c’est le corps professoral. Lorsque les directeurs de programme établissent leur recrutement d’intervenants, ils choisissent des professionnels qui sont dans le même esprit du collectif que Financia et qui vont réellement apporter de la plus value aux étudiants. La partie théorique, on l’a tous, quelle que soit sa formation, mais avoir un intervenant qui est capable d’allier la théorie et le côté pratique pour lui expliquer ce qui se passe au travail, c’est encore mieux. 

J’aimerais aussi souligner l’implication des directeurs de programme, surtout en master Finance d’Entreprise, qui n’hésitent pas à remanier la formation. Parfois, il y a des matières qui ne sont plus dans l’air du temps et de nouvelles matières apparaissent. Par exemple, nous avons remarqué que la matière Cash Management avait son intérêt parce que cela concerne la mise en place de stratégie de cash pooling*.

*Le cash pooling est une pratique financière permettant de centraliser les liquidités de différentes entités d’un groupe pour optimiser leur gestion.

Comment as-tu fait le choix de Financia BS Paris ?

Pour choisir  mon école, j’ai consulté le top des écoles de finance. Il s’avère que certaines de ces formations sont payantes, ce qui peut représenter un frein pour de nombreuses personnes. Les sommes de certaines écoles à régler par an sont, la plupart du temps, considérables ! Ce que j’ai apprécié chez Financia, c’est qu’on nous propose de l’alternance (cela concerne 99% des étudiants dans l’école).  De cette façon, nous percevons un salaire et l’entreprise qui nous accueille finance notre formation.

*Financia Business School est une école de finance implantée à Paris et Lyon, qui forme ses étudiants aux métiers de la finance, de la gestion de patrimoine, de l’immobilier et de la banque/assurance. Tu peux intégrer l’école dès l’obtention de ton bac. N’hésite pas à te rapprocher des équipes de Financia BS Paris si tu souhaites en savoir plus.

Peux-tu nous parler rapidement de ta formation ?

Comme je l’ai dit précédemment, les formations sont amenées à évoluer, que ce soit au niveau des matières ou du rythme de l’alternance.

En master, le rythme d’alternance est idéal car sur 2 semaines, nous passons seulement 3 jours au total en cours. C’est pratique car si tu as un dossier à traiter rapidement en entreprise, tu peux le traiter rapidement sans avoir à le délaisser à un collègue, ça te donne un peu plus d’autonomie.

Concernant les matières, en finance d’entreprise, nous avons un tronc commun, dans lequel on retrouve de la comptabilité, de l’analyse financière et du droit, c’est vraiment les trois matières principales que tu vas avoir. 

À propos des examens en master 2, il y a un mémoire à rendre et des examens pour chaque matière. Actuellement, toutes les matières ont plus ou moins les mêmes modalités d’examen. En général, nous avons un examen à mi-parcours (c’est le prof qui choisit ce qu’il souhaite faire : un exposé à l’oral par exemple) et à la fin du module, deux heures ou plus sont dédiées à un partiel écrit.

Comment vois-tu la suite ?

Je suis effectivement en alternance et je souhaite changer. Je ne continue pas à la BNP même si elle m’a très bien formé. C’est là où j’ai appris et découvert le monde du travail, comment travailler en justifiant mes acquis. J’ai donc demandé une rupture de contrat pour joindre ce qu’on appelait avant des sociétés de bourse, qui aujourd’hui est un prestataire de services en investissements.

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans tes études et dans ton secteur d’activité ? 

Je n’ai pas un métier de rêve en particulier, ce qui m’intéresse le plus, c’est l’expertise financière, c’est-à-dire ce qui concerne les opérations complexes (des opérations de haut bilan, du montage financier type LBO). Aujourd’hui, je ne peux pas dire quelle spécialité je préfère parce que je n’ai pas totalement réfléchi à ce niveau-là !

Pourquoi avoir fait le choix d’être président du BDE ? 

Quand je suis arrivée dans l’école, l’administration m’a dit qu’il y avait un BDE. On sortait à ce moment-là de la période Covid et l’école avait besoin de personnes assez dévouées. J’ai donc rejoint le BDE très rapidement et je suis devenu président au bout de quelques mois !

Ton expérience en tant que président du BDE enrichit-t-elle ta vie étudiante et ton développement personnel ? 

Oui, j’ai pu développer quelques compétences. Premièrement, la partie relationnelle, quand tu es membre du BDE, tu ne peux pas ne pas avoir de contact avec les étudiants. Il faut être à l’écoute, être disponible. Honnêtement, le contact avec les étudiants c’est une partie que j’affectionne particulièrement, elle me permet de connaître une bonne partie des étudiants. Il faut savoir que Financia en terme d’effectif cette année c’est à peu près 600 personnes. Tu ne peux évidemment pas connaître les 600 personnes mais si tu connais déjà la moitié des élèves en tant que membre du BDE c’est magnifique. 

La deuxième partie, que j’apprécie moins mais qui représente une compétence très importante, c’est l’organisation. Quand tu organises un voyage avec 60 personnes par exemple, il faut être capable de déléguer les tâches à ton équipe et de structurer le voyage. 

Ces deux compétences, sont pour moi, les plus importantes.

Ta principale difficulté en tant que Président du BDE ?

Le plus gros du travail, c’est vraiment l’organisation des voyages. Ce sont des missions à forte pression. Tu avances parfois des sommes d’argent élevées et il y a des échéances à respecter au niveau des paiements. Tu as aussi le stress permanent du nombre de personnes à respecter : si nous avions prévu de partir à 60 et que finalement nous partions à 55, il y a un trou dans la caisse et ça devient embêtant.

Peux-tu nous parler de l’équipe avec laquelle tu travailles ? 

Cette année, nous étions 8 et le BDE recrute chaque année afin de remplacer les M2 membres qui quittent l’école. Les campagnes de recrutement ont lieu aux alentours d’octobre.

Bien entendu, toute personne qui suit une formation à Financia Business School peut rejoindre le BDE. Mais la charge de travail entre en compte. Nous savons à Financia que l’une des années les plus chargées est la 3ème année de Bachelor. Parce que c’est l’année de la validation des crédits ECTS et parce que tu as énormément de dossiers à rendre. C’est aussi pour beaucoup la première année d’alternance.

Pour les Masters 2, c’est aussi très compliqué car ils ont un mémoire à rendre, et doivent valider leurs crédits ECTS aussi. L’idéal, ce sont les Masters 1 car ils travaillent sur leurs matières, ils n’ont pas de mémoire à rendre et ont commencé à trouver un rythme entre l’alternance et l’école.

Arrives-tu à faire la part des choses entre tes études, ton rôle de président du BDE et ta vie personnelle ? 

C’est une question un peu complexe. C’est pour ça que je dis qu’en termes de compétence tu développes la partie organisationnelle parce que tu ne peux pas ne pas être organisé entre l’alternance et les cours. C’est-à-dire qu’en alternance tu fais des journées du type 09h/18h, ou plus. S’agissant des cours c’est la même chose. Il faut être honnête, cela représente beaucoup de travail. Si tu souhaites faire partie d’un BDE il faut que tu sois organisé car parfois la pression monte. Mais le plaisir de faire plaisir et les nombreux remerciements te donnent la motivation pour les prochains événements !

Peux-tu nous parler des activités et des événements organisés par le BDE ? 

Lorsque je me suis retrouvé au poste de président au bout de quelques mois et j’ai décidé de mettre en place trois activités principales autour du BDE

  • La première : les afters. Nous nous regroupons dans un bar ou autre afin d’échanger autour d’un verre. Cela nous permet de tous nous voir, car avec l’alternance nous n’avons pas tous les mêmes rythmes. Nous gardons aussi en contact l’association des alumni afin de faire des afterworks dans le but de parler évolutions après les études et d’élargir son réseau. 
  • La seconde partie : c’est la plus importante en termes de travail à fournir. Tous les ans, nous mettons en place un voyage au ski sur 3 jours ou une semaine. Par exemple, cette année nous sommes partis dans les Alpes et l’année prochaine, en avant-première, nous partirons à l’Alpe d’Huez pendant une semaine. Il se peut qu’au cours de l’année ce voyage soit accompagné d’un second voyage. L’année dernière nous sommes partis à Lloret del mar en Espagne pendant 4 jours en guise de weekend de désintégration. 
  • La troisième partie, ce sont les événements en extérieur, ça arrive plutôt l’été. Par exemple, nous organisons des sorties paintball ou karting (auparavant), ou des activités plus ludiques. 

L’école participe-t-elle de près ou de loin au soutien de votre développement ? 

L’école est effectivement très impliquée. Par exemple sur la partie marketing ou communication, parfois nous n’avons pas le temps de tout produire, Bruno à la communication va nous aider et participe à l’organisation. Nous aidons aussi en contrepartie l’école sur des soirées portes ouvertes ou des happy welcome. Nous travaillons main dans la main avec Financia. 

Quels conseils donnerais-tu à un étudiant qui hésite à devenir membre actif d’un BDE en général ? 

Pour moi, il faut une seule compétence pour rejoindre le BDE, c’est ne pas avoir peur des gens et du contact. En réalité, tout le monde peut faire partie du BDE sans avoir forcément des compétences. Les compétences tu les développeras en faisant, le plus important c’est d’être ouvert à la discussion.

Quelles sont tes projets après le Master ? 

Actuellement je vais signer ma dernière année d’alternance. Ensuite je ne me suis pas plus projeté que ça. Les opérations et les missions qu’ils proposent ont l’air intéressantes, je verrai si je peux poursuivre sur un CDI avec la même entreprise ou non.

J’ai aussi peut-être un projet de VIE, Volontariat International Étudiant, qui me donne envie,  mais c’est vraiment dans le coin de ma tête, je ne me suis pas décidé.

Que penses-tu de Financia Business School ? Comment tu décrirais l’ambiance globale à Financia BS ?

Tout d’abord, il faut savoir que l’école a changé plusieurs fois de locaux si je ne me trompe pas. Elle a commencé autour de la défense vers Courbevoie pour ensuite s’installer à rue Henri Bocquillon et aujourd’hui elle se trouve rue de Lourmel. La raison de leurs déménagements n’est autre que le fait que l’école a vu le nombre d’effectifs augmenter chaque année passant de 30 à 600 élèves en peu de temps. De mon point de vue, les locaux sont très qualitatifs. 

Concernant la pédagogie et l’administration, les deux équipes vont se suivre tout au long de ta scolarité. Ils sont très impliqués dans leur travail. Tu auras aussi un référent pédagogique pour pouvoir t’adresser à lui en cas de besoin, ils sont là pour t’écouter. 

Ce qui est vraiment important c’est que nous retrouvons le côté humain qui peut facilement se perdre dans les grandes universités. Bien sûr, les effectifs ont augmenté donc cela change chaque année mais ils savent s’adapter. 

En termes d’ambiance, les nombreux groupes qui se forment interclasse se sont rencontrés lors des voyages organisés par le BDE. Ce qui est sympa c’est que grâce au BDE les classes peuvent se mélanger et créer de vraies amitiés. Par exemple, ma classe partage le même rythme d’alternance que les étudiants en finance de marché et je sais qu’il y a 1/4  des étudiants en finance de marché qui sont venus avec moi au ski l’année dernière ou à Lloret del mar. Il n’y a pas cette froideur que tu peux avoir si tu as suivi tes cours pendant toute l’année que tu ne connais personne à part ta classe. 

D’autre part, si tu viens aux événements after et autres ça te permet de rencontrer des personnes que tu ne connais pas, car on est forcément moins à fond dans les études, présents physiquement par le fait que nous sommes en alternance donc s’il y a la possibilité d’avoir des événements qui facilitent un peu les rencontres, c’est très bien. 

Et puis tous ces événements participent à la création d’un début de réseau. 

À propos des matières,  je vais recommander les formations que j’ai faites mais je ne peux pas juger directement le master gestion de patrimoine immobilier ou autre parce que je ne les ai pas suivies. Pour une personne comme moi qui a obtenu un bac +2, qui a fait un BTS ou un DUT ou même deux années de licence et qui souhaite avoir cette partie théorique/ pratique, je recommande fortement le Bachelor Finance et le MBA Finance d’entreprise, fusion-acquisition et banque d’affaires

Pour résumer, je recommande les formations de Financia, spécialement le Bachelor et le MBA que j’ai choisis et encore plus cette année parce que comme je l’ai dit il y a eu un changement au niveau des matières l’année dernière. C’était des matières qui étaient très au niveau de la finance de marché, cette année ils ont recentré autour de la finance d’entreprise tout en conservant l’aspect finance de marché nécessaire à certains métiers. L’adaptabilité c’est le gros point fort de ce master.

Si des étudiants souhaitent te contacter, où peuvent-ils le faire ?

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/elie-bourgely-294989201/

« Lorsque vous m’ajoutez, n’hésitez pas à écrire une note pour que je sache que c’est pour me parler de ma formation, j’accepterai sans soucis »

Les derniers articles postés 👇🏻

quelqu'un qui revise

Grand Oral : 25 idées de sujets en HLP

Grand oral 2024. Tu es à la recherche d’un sujet de grand oral qui mobilise l’enseignement de spécialité HLP (humanités, littérature et philosophie) ? Tu

Ce site internet utilise des cookies. Les cookies se souviennent de vous et permettent de vous fournir une meilleure expérience en ligne. En savoir plus.