fbpx

[ETRANGER] Partir étudier en Autriche : l’expérience de Nolwen

Tu es étudiant ?

Salut Nolwen, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 24 ans, je suis consultante en communication en Haute-Savoie et en Suisse.

Dans quel pays es-tu partie ? Pourquoi avoir choisi ce pays ?

Je suis partie en Autriche car j’étais partie pile 10 ans plus tôt dans ce magnifique pays dont j’étais tombée amoureuse. D’ailleurs, j’avais pris allemand en deuxième langue pour pouvoir retourner dans ce pays. En plus, l’université proposait des cours en anglais et la spécialité que je souhaitais prendre : event management.

Dans quel cadre étais-tu là-bas ? Pendant combien de temps ?

J’ai effectué un double diplôme dans l’université où j’étais. Je suis donc restée 2 semestres.

Où étais-tu logée ? Comment as-tu trouvé ce logement ?

Alors j’ai eu 2 logements durant mon séjour. J’ai trouvé mon premier logement grâce à mon école. En effet, j’ai rempli des papiers pour indiquer dans quelle résidence je souhaitais être logée. J’ai choisi une chambre partagée (moins chère et qui peut être enrichissante suivant le/la colocataire-trice). N’ayant plus de place dans la résidence pour les expats, on m’a logé sur le campus (qui n’était pas où j’avais mes cours) avec les étudiants autrichiens. J’ai donc partagé ma chambre avec une autrichienne. Après un premier semestre mitigé, avec une coloc un peu froide (elle n’aimait pas les français), j’ai décidé de changer de logement et de trouver une colocation dans un appartement. J’ai donc feuilleté les sites web que l’on m’avait indiqué pour trouver une nouvelle chambre. J’ai donc visité quelques appartements. J’ai finalement atterri dans l’appartement d’amis. La chambre était au top avec une salle bain et toilettes. On ne partageait que la cuisine avec les colocataires.

Tu as fait de belles rencontres ?

Oui j’ai fait de belles rencontres toutes nationalités confondues et c’est ce que j’ai adoré : russe, Azerbaïdjan, de Singapour, mexicaine….

Qu’est-ce que tu as préféré durant ton voyage ?

J’ai adoré découvrir d’autres cultures à travers mes rencontres, faire des voyages avec mes amis et de voir qu’on n’a pas du tout les mêmes façons de voir les choses. Mais je trouve ça tellement enrichissant.

Quels ont été les principaux obstacles rencontrés, s’il y en a ?

La langue. Je n’étais pas très à l’aise de parler anglais (j’avais peur de mon accent). Puis, au fur et à mesure, j’ai dépassé cette peur car le plus important était de se comprendre.

A quoi ressemblait une journée type là-bas ?

Au lever, petit déjeuner dans la cuisine, puis préparation pour aller en cours. J’avais souvent cours de 11 à 15h. Je déjeunais soit en cours avec mes camarades de groupe, soit à la maison avec mes colocs. Ensuite, je restais étudier jusqu’à 17h. Je rentrais, puis me préparais pour aller à la salle de sport. Je rentrais, douche, et diner avec les colocs et les amis qu’on invitait.

Qu’est-ce que ce voyage t’a apporté ?

Ce voyage m’a beaucoup fait grandir. On en apprend beaucoup sur soi même. On découvre d’autres cultures en même temps, au même endroit.

Tu retiendras quoi de ce pays ? Tu le recommandes pour une expérience de ce type ?

Bien sur, j’ai d’ailleurs prévu de partir un weekend à Vienne au mois de décembre. Je recommande ce pays pour un échange mais si possible dans une grande ville : Vienne, Linz, Graz. Il y aura beaucoup plus de choses à faire à la sortie des cours.

Qu’est-ce que tu dirais à un étudiant qui hésite à partir ?

Si tu ne te sens pas prêt à partir, n’y va pas. On vante beaucoup les bons côtés des échanges mais on parle pas ou peu du sentiment de solitude. Certains étaient un peu déprimés d’être loin de leur famille, donc c’est à réfléchir. En effet, c’est pas toujours facile d’être loin des gens qu’on aime même si on est entouré d’amis.

Il y a une anecdote rigolote que tu aimerais partager avec nous ?

Ma colocataire autrichienne m’a dit un jour: « je savais que ma colocataire allait être française mais je pensais que tu serais noire ! » Je lui ai demandé pourquoi elle pensait ça, elle m’a alors répondu: « ben il y a des noirs dans l’équipe de foot de la France ». OMG !! Du coup, j’ai vite cerné l’ouverture d’esprit de ma coloc (et c’est aussi pour ça que j’ai déménagé).

On dit souvent qu’un séjour à l’étranger déclenche le syndrome « Erasmus » : un syndrome qui donne envie de voyager à nouveau. Tu confirmes ?

Oui il donne envie de repartir. D’ailleurs, lors d’un voyage au Canada, j’ai rencontré une fille de ma classe. Que le monde est petit.

Si des étudiants souhaitent échanger avec toi et te poser des questions, où peuvent-ils te joindre ?

On peut me joindre sur Facebook : Nolwen Ceccon


 

Tu hésites encore à partir ? Va vite lire notre article « 5 bonnes raisons de faire un stage ou tes études à l’étranger » !

Toi aussi tu veux témoigner sur ton expérience à l’étranger ? Remplis ce questionnaire !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Encore plus de lecture

Ce site internet utilise des cookies. Les cookies se souviennent de vous et permettent de vous fournir une meilleure expérience en ligne. En savoir plus.

X