Grand oral : comment bien répondre aux questions posées par le jury ?

Grand oral bien répondre aux questions du jury

Partager cet article

Grand oral 2024. Le Grand oral pointe le bout de son nez et avec lui les 10 minutes de questions/réponses avec le jury. Dans cet article, nous te donnons tous nos conseils pour répondre le plus justement possible aux questions qui te seront posées lors de ton Grand oral. Mais avant ça, petit rappel sur le déroulé de l’épreuve du Grand oral.

Grand oral : le déroulé de l’épreuve

L’examen du grand oral se déroule en 3 temps :

  • Une phase préparatoire de 20 minutes ;
  • Une phase de présentation de 10 minutes ;
  • Une phase d’échange avec le jury de 10 minutes.

Avant le début de l’épreuve, tu devras remettre au jury une fiche signée par tes professeurs de spécialités. Cette fiche contient deux questions que tu as étudiées au cours de l’année. Le jury choisira ensuite l’une des deux questions et les choses sérieuses pourront commencer. 

Ceci étant dit, il est temps de nous intéresser plus en détail à la phase d’échange avec le jury. La phase de 10 minutes durant laquelle le jury a le droit de revenir sur différentes parties de ta présentation et de te poser des questions en rapport avec ton oral. 

Lire aussi : Grand oral 2024 : nos conseils pour gérer son stress avant l’épreuve

Phase d’échange du Grand oral : comment bien répondre aux questions du jury ?

Les moments de questions/réponses sont souvent redoutés par les élèves durant des oraux. Imprévisibles et spontanées, bien malin est celui qui arrive à anticiper les questions de son jury. C’est pourquoi voici quelques petits conseils pour bien répondre aux questions de ton jury et mettre toutes les chances de ton côté. 

Écouter attentivement les questions 

Ça te paraît évident, mais parfois, avec le stress ou juste par manque d’attention, on oublie un peu trop vite ce qui vient de nous être demandé, d’où le fameux « vous pouvez répéter la question ? ». Alors, le jour de l’examen, sois bien attentif à ce que te dira ton jury et prends le temps de réfléchir à ta réponse. 

Bien entendu, le but n’est pas de mettre 5 minutes à construire une réponse argumentée, mais il vaut mieux que tu passes 15 secondes à réfléchir, plutôt que 10 à dire n’importe quoi. Ce qui nous mène à notre deuxième conseil (une transition toute trouvée). 

Lire aussi : Tout savoir sur l’épreuve du Grand oral 

Prendre le temps de réfléchir à ta réponse

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point » comme nous le dit Jean de la Fontaine. Ça ne sert à rien de se précipiter pour répondre à la question posée. Il vaut mieux que tu prennes quelques secondes pour rassembler et organiser tes idées que tu débites quelque chose sans queue ni tête. Ta réponse n’en sera que meilleure.

Aussi, si jamais tu ne saisis pas très bien ce qui t’est demandé (ça peut arriver), pas de panique. Tu peux demander de reformuler la question ou d’apporter une clarification.

Garde en tête que les examinateurs ne sont pas là pour te mettre en difficulté, mais pour voir que tu as fourni un travail sérieux et qualitatif. 

Justifier ta réponse à la question

Si la question posée peut être contestée, n’hésite pas à donner une justification. Justifier ta réponse avec des arguments solides ne peut que montrer que tu as bien compris ta problématique et les enjeux qui en découlent. Tu peux marquer des points auprès du jury pour ta capacité à réfléchir et à réagir. Il n’y a rien de mieux qu’un exemple pour illustrer ton propos et te faire comprendre plus facilement.

Lire aussi : Grand oral : optimiser les 20 minutes de préparation

Rester le plus clair(e) et concis(e) possible

Le plus important quand tu réponds à une question, c’est de ne pas te perdre en chemin. Pour ça, reste le plus clair(e) possible et évite de t’engager dans des explications trop longues pour lesquelles tu devras sortir les rames. Fais simple et efficace. Il vaut mieux une courte réponse, mais claire, qu’une réponse longue et trop compliquée.

Évite au maximum de te perdre dans des détails qui n’auraient pas beaucoup d’importance ou de digresser. Les minutes du grand oral sont précieuses, alors ménage-les.

Faire attention à ton langage

Tu passes un examen du baccalauréat, alors bien évidemment, il faut que tu surveilles ton langage. Bannis de ton vocabulaire tous les mots d’usage familier et concentre-toi sur un vocabulaire clair et intelligible. 

Même chose, les tics de langage sont mis de côté : genre, en fait, du coup, en mode, en gros… Et bien sûr, tous les mots en verlan ! N’oublie pas que l’important, c’est de faire bonne impression auprès du jury pour avoir la meilleure note possible. Alors, fais en sorte que ton propos ne soit pas pollué par une façon de parler inadaptée. On t’encourage aussi à éviter les termes trop techniques qui pourraient être mal compris par les membres du jury et inadaptés à la situation. 

Néanmoins, n’en fais pas trop et reste toi-même : les examinateurs apprécient l’authenticité et la sincérité. Être authentique te permettra d’établir une réelle connexion plus facilement et surtout d’être beaucoup plus à l’aise. Aussi, ne cherche pas à donner des réponses pour leur « faire plaisir », mais dis ce que tu penses réellement. Tu n’en seras que plus apprécié et mieux noté.

Garder le contact visuel

Le contact visuel permet d’établir une connexion avec ton jury et de montrer ton assurance. Aussi, en incluant le jury dans ta présentation, tu favorises l’écoute attentive de ton public. En les regardant directement dans les yeux, tu leur donnes envie d’écouter ton discours. Attention cependant à ce que ce ne soit pas trop insistant… ça pourrait devenir gênant.

Si jamais regarder dans les yeux t’intimide, concentre-toi sur le front ou le nez de l’examinateur plutôt que dans ses yeux. Le tout, c’est de maintenir le regard pour faire jouer en ta faveur la communication non verbale.

Sois respectueux(se) et professionnel(le)

Ça semble évident, mais assure-toi d’être respectueux(se) et professionnel(le). Même si tu n’es pas d’accord avec une idée ou que tu n’aimes pas beaucoup une question posée, reste courtois(e) et poli(e), cela peut jouer en ta faveur ! 

Il est possible que tu tombes sur un jury un peu tatillon qui cherchera à te pousser dans tes retranchements avec des questions un peu pièges, etc. Pas très sympa, on te l’accorde, mais tiens-toi prêt(e). Ne te décompose pas et réponds le mieux possible, même si cette question ne te plaît pas.

Avec toutes ces astuces, les 10 minutes d’échange vont passer comme « une lettre à la poste ». À toi de jouer ! 

Lire aussi : Bac 2024 : Les coefficients du bac général et technologique

Les derniers articles postés 👇🏻

Ce site internet utilise des cookies. Les cookies se souviennent de vous et permettent de vous fournir une meilleure expérience en ligne. En savoir plus.