Comment s’organise l’épreuve du Grand oral ?

Grand oral

Partager cet article

L’épreuve du Grand oral souffle sur sa quatrième bougie. Bien que redouté par bon nombre d’élèves de terminale, cet oral peut s’avérer moins complexe que prévu, si tu es bien préparé(e). Dans cet article, le Capitaine te dresse une liste de conseils pour mettre toutes les chances de ton côté.

L’objectif du Grand oral

Le Grand oral a pour objectif d’évaluer les compétences orales des élèves. Pour cela, plusieurs critères d’évaluation existent comme la capacité d’adopter un discours fluide, de présenter un argumentaire en respectant un temps imparti. Cet examen se scinde en trois parties : la phase de préparation d’une durée de 20 minutes, puis une phase de présentation et d’échange avec le jury, toutes les deux d’une durée de 10 minutes.

Cet oral repose sur une question en rapport avec la spécialité que tu as choisie afin que tu puisses démontrer toutes les connaissances que tu as en rapport avec le sujet. Néanmoins, le Grand oral ne se résume pas à un déballage de connaissances, mais plus une interaction avec le jury où sera notée ta capacité à répondre à une question précise, mais aussi ta capacité à savoir prendre du recul sur le sujet en répondant de manière concise et efficace à des questions posées par le jury.

Lire aussi : Les modalités du Grand oral 2024

Les différentes phases

La phase de préparation

La première phase du Grand oral est le temps de préparation. D’une durée de vingt minutes, cette partie doit te permettre d’organiser ta présentation. Dans un premier temps, essaye de prendre du recul sur le sujet, fais le point sur tes connaissances et celles qui te seront utiles. Le Grand oral n’est pas un simple déballage de connaissances. C’est pourquoi tu dois construire un plan pertinent afin de déterminer quelles sont les idées que tu vas développer en priorité. Une fois ceci fait, tu vas pouvoir te pencher sur la construction de ton brouillon. Tu peux y écrire les différentes parties que tu souhaites aborder avec les grandes idées qui y correspondent. Cela te permettra d’y jeter un œil pendant ton passage au cas où tu aurais un trou de mémoire.

Cependant, ne rédige pas toute ta présentation sur ton brouillon. Cela serait une perte de temps et tu serais surtout tenté de rester focalisé dessus durant ta présentation. Or, le Grand oral note ta capacité à adopter un discours fluide. Si tu as constamment les yeux sur ton brouillon, tu vas te mettre forcément des bâtons dans les roues.

La phase de présentation

Après la préparation vient la présentation d’une durée de 10 minutes. C’est ici que tout ton travail réalisé durant les 20 dernières minutes, mais aussi durant les semaines précédentes va porter ses fruits. Commence par une accroche percutante pour capter l’attention du jury dès les premières secondes. Puis, présente ton plan ou les idées principales que tu souhaites développer. Penche-toi sur chacune d’entre elles, mais attention à ne pas tout dire d’un coup, sous peine de ne plus savoir quoi répondre aux questions du jury.

La phase d’échange avec le jury

C’est la dernière partie du Grand oral. Lui aussi d’une durée de 10 minutes, c’est à ce moment-là que le jury va revenir sur des points précis de ton sujet afin que tu les développes davantage ou à l’inverse, il va élargir le sujet afin de voir jusqu’où vont tes connaissances.

Voici plusieurs conseils afin de te préparer au mieux à cette partie. Tout d’abord, prends le temps avant de répondre, rien ne t’oblige à répondre du tac au tac. Mieux vaut prendre quelques secondes de recul afin que tu sois bien sûr de là où tu veux en venir plutôt que de faire un gros hors sujet. Ensuite, sois clair, concis et précis. Pas la peine de partir dans une grande envolée lyrique au risque de te perdre ainsi que le jury. Sélectionne uniquement les éléments pertinents à la question. Si tes examinateurs veulent en savoir plus, ils te le feront savoir dans tous les cas.

Comment est notée l’épreuve du Grand oral ?

Tu le sais certainement, le Grand oral représente 10 % de la note finale au baccalauréat. Pour te préparer au mieux, voici les différents critères de notation. Pour commencer, tu peux retrouver la qualité de ton expression à savoir le fait d’avoir une bonne élocution, parvenir à capter l’attention du jury. Ce critère par ton dynamisme, la gestion de ta voix, c’est-à-dire le fait de ne pas adopter le même ton tout au long de l’épreuve et savoir appuyer sur les éléments importants de ton exposé.

Bien évidemment, la qualité de tes connaissances sera évaluée. Pour cela, le jury va veiller à ce que tu ne parles pas dans le vide et que tu sois capable des connaissances solides puis que tu sois capable de répondre correctement aux questions. Par ailleurs, la qualité de ton interaction sera notée. N’oublie pas que le Grand oral, c’est avant tout un échange. Cette capacité à ne pas s’enfermer uniquement dans tes connaissances, mais à être capable à discuter avec le jury.

En plus de ces critères, ton langage non-verbal sera aussi étudié, c’est-à-dire ta manière de te tenir, ta capacité à encaisser les questions ou encore tes réactions face au jury. Bien évidemment, ce ne seront pas les principaux critères de notation qui se basent sur le fond de ton propos.

Comment gérer son stress ?

Tu peux éviter le stress le jour J grâce à une bonne préparation, c’est-à-dire que tu dois arriver devant le jury avec une base de connaissance solide afin de ne pas paniquer. Pour cela, tu peux t’entraîner à la présentation devant ta famille ou tes proches afin de te sentir plus à l’aise. Il est également important de se détendre la veille de l’examen. Autrement dit, cela ne sert à rien de passer le dernier jour la tête dans les révisions. Si tu ne connais rien la veille du Grand oral, il n’est pas commun de voir un miracle s’opérer. Surtout que la fatigue et le stress font rarement bon ménage. Enfin, n’oublie pas que le Grand oral est un moment d’échange donc écarte-toi de tes notes, investis le jury dans ce que tu dis, cela va te mettre plus à l’aise et diminuer ton stress.

Le langage non-verbal : une composante importante du Grand oral

Avoir un bon comportement non verbal est très important et cela peut te permettre d’améliorer ta note lors du Grand oral. Tout d’abord, ton comportement non verbal commence avant même le début de l’épreuve. En effet, cela passe par la tenue que tu vas adopter le jour J. Bien que celle-ci ne va pas grandement influer sur ta note, cela peut déclencher un sentiment de sympathie au sein du jury. Il est préférable d’adopter une tenue professionnelle afin de montrer que tu t’es préparée pour l’occasion. Ensuite, lors de ton arrivée, ne traîne pas des pieds, mais adopte un beau sourire afin de montrer que tu es content d’être là. Le sourire est un élément important de la communication non verbal. Il t’aide à camoufler ton stress et donner envie de t’écouter.

Pendant ton message, il y a plusieurs éléments non-verbaux à avoir en tête. Tout d’abord, ne parle pas les bras croisés, cela peut donner l’impression que tu n’es pas ouvert à la discussion. Tiens-toi droit, avec les épaules détendues et la tête haute pour montrer au jury que tu es confiant et que tu maîtrises ton sujet. Tu dois également pouvoir impliquer le jury dans ton exposé. Pour cela, veille à regarder chacun des membres dans les yeux, à tour de rôle. Ainsi, ils se sentiront impliqués et auront envie de t’écouter.

Enfin, dernier point, ne joue pas avec tes mains pendant ton passage. C’est un signe flagrant de stress, ne joue pas avec un stylo que tu pourrais avoir en main ou une bague. Pour éviter cette situation, il y a une solution assez simple : parle avec tes mains. Des petits gestes pendant ton passage peuvent te permettre d’appuyer certains éléments importants de ton propos et d’éviter justement de jouer avec tes mains. Bien évidemment, à toi de ne pas en faire trop afin que le jury reste concentré sur ton exposé.

Lire aussi : Tout savoir sur le Grand oral

Les derniers articles postés 👇🏻

Ce site internet utilise des cookies. Les cookies se souviennent de vous et permettent de vous fournir une meilleure expérience en ligne. En savoir plus.